3ème confinement pour nos enfants !

Jeudi 1er Avril, Denis SUIRE, Président du Conseil Départemental des Parents d'Elèves de l'Eure était interrogé sur France Bleu :

Pour la FCPE, on pourrait se dire finalement « c'est seulement 4 semaines, 4 semaines pendant lequel il n'y aura pas de cours pour l'ensemble des élèves. Enfin pas de cours dans des situations satisfaisantes. »

La réalité est tout autre car cela fait des mois que pour les élèves de lycée il y a des inégalités d'enseignement en raison de la liberté laissée aux établissements d'organiser les cours à distance ou sur site.

A la FCPE, nous avons toujours pensé qu'il est important de conserver les établissements ouverts.

Il aurait été cependant approprié de mettre plus de moyensOù est le quoi qu'il en coûte ?
Les conditions pour tous les élèves à distance ne sont toujours pas réunies.
Comme pour les lits d'hôpital, où est l'anticipation ?.

C'est pourquoi aujourd'hui on craint ces fermetures d'écoles de l'élémentaire au lycée :
Cela n'a pas été travaillé. Il n’y a pas d'alternative efficace dans les scénarios d’enseignement.
Quel retour d'expérience du dernier confinement ?

On sait que le travail à distance n'est pas la meilleure solution mais quand on n'a pas le choix il faut faire avec et faire le maximum pour que cela marche. 

  • Les parents qui sont amenés à continuer le travail sur site ne pourront pas les accompagner.

  • Il ne faut pas non plus oublier la situation des professeurs. Ils ne sont pas épaulés... Pas protégés

  • Le nombre de personnel reste stable même si dans l’académie ont été embauché un peu plus de surveillants (AED)... est-ce pour garder les élèves dans les salles de permanence surchargées ?

Les moyens que l’Éducation nationale a mis en place pour soutenir ses enseignants et favoriser l'enseignement à distance sont  INSUFFISANT autant en termes de : 

  • formation (il y a encore des cours non réalisés à distance, pas de matériels (webcam), 

  • logiciel de travail à distance (fiabilité/stabilité des systèmes de l'éducation nationale critiqué).

M.Blanquer a proposé le 27 avril le renforcement du nombre de professeurs remplaçant...sans aucun chiffre... ce qui ne veut rien dire du tout quand on connaît en plus la fonte des brigades de remplacement depuis de nombreuses années à l'école et sur certaines matières notamment...

La grogne monte donc chez les parents, notamment ceux pour qui les élèves décrochent, ou ceux dont les examens sont proches.

Les rythmes de présence en lycée ont été laissés à la main des établissements sans étude permettant à ce jour de dire quel est le meilleur rythme (pour les établissements en demi-jauge)!

Agir dans l'urgence ne doit pas signifier faire perdurer des solutions sans chercher à les améliorer pour le bien des élèves (en référence aux parents inquiets face au décrochage).
Il faut s'adapter maintenant sans attendre des jours meilleurs, la scolarité continue d'avancer.

Nous attendons du Rectorat qu'il prenne ses responsabilités !

=> CQFD : les parents s'inquiètent pour la scolarité de leur(s) enfant(s). L'éducation nationale doit s'adapter, doit changer... et cela sans attendre. Les moyens matériels et humains doivent être mis en place immédiatement afin d'assurer pour nos enfants toutes les chances de réussir !
Nous pensons aussi aux élèves en classes préparatoire, aux étudiants qui n'ont pas eu suffisamment d'accompagnement ni de soutien.
Au total, tant de jeunes de l’école aux études supérieures qui seront livrés à eux même sans enseignants en classe.

 

Denis SUIRE
Président FCPE de l'Eure avec les élus du CA du CDPE 27

 

Lien fichier du podcast (dans les 3 premières minutes):
https://rf.proxycast.org/690fd3ce-4aef-42f1-901c-ad8929c74fbe/14680-01.04.2021-ITEMA_22622563-2021B20243S0091.mp3

N.B.: En complément : Cours à distance : "L'Education nationale est prête" selon la rectrice de Normandie le lendemain également sur France bleu